Tous les articles par Silvana Panciera

L’après Gargnano

Le  départ  de  Gargnano

20 années se sont écoulées depuis notre arrivée au couvent San Tommaso de Gargnano. C’était alors un endroit semi fermé et périphérique. Aujourd’hui, une communauté vivante, multiculturelle et conviviale l’accompagne.
Mais d’ici la fin de cette année 2021, le couvent de San Tommaso doit être disponible pour d’autres projets et d’autres gestionnaires. Cette décision appartient à toute la sphère de restructuration du réseau franciscain du nord de l’Italie. Nous l’acceptons avec peine, mais aussi avec sérénité puisque nous avons appris à remercier pour ce que nous avons reçu et aussi parce que nous sommes conscients que, tôt ou tard, nos forces n’auraient pas pu soutenir ce projet encore pour longtemps .
Pour l’instant, nous ne pouvons pas vous en dire plus, sauf que la communauté  déménagera au couvent de San Gaetano, via Callegari 7, à 25121 BRESCIA – Tél. 00-39-030-9179782

Le  départ  de  Bruno

A partir de ce 13 avril 2021, les statistiques de décès de Covid auront une résonance très différente pour nous, car même notre Bruno a été importé la nuit dernière alors qu’il était à l’hôpital d’Esine (BS). Nous ne pouvons pas naivement croire que « cela n’arrive qu’aux autres « . Cette fois, c’est arrivé à nous, et peut-etre déjà à vous dans d’autres occasions. Aujourd’hui, nous sommes submergés par la douleur, mais nous ne pouvons que l’accueillir et la laver avec nos larmes. Nous pleurons le départ de Bruno, même si nous savons qu’il sera toujours avec nous car son héritage d’amour et d’engagement sera toujours le phare qui éclaire même les nuits les plus sombres.
Merci Bruno et A-Dieu.
« Bruno, ami, frère, compagnon, maître penseur.
Toi dont le regard nous a sauvé(e)s de l’insignifiance,
toi dont la parole nous a préservé(e)s de la banalité,
toi dont le courage moral nous a libéré(e)s des peurs,
toi dont l’amour nous a rendu(e)s libres « 

 

Merci à toutes les personnes qui nous ont envoyé de diverses manières (emails, SMS, appels téléphoniques, réseaux sociaux …) un signe de leur présence à notre deuil commun. Nous avons été frappé(e)s et impressionné(e)s par tant de signes d’affection et de considération. Et nous vous en sommes TRÈS reconnaissant(e)s. Nous tenons à nous excuser auprès de tous ceux et celles qui ont appris la nouvelle brutalement ou qui s’attendaient à être mieux informés sur l’état de santé de Bruno. Sachez simplement que la newsletter  CEReRe-Gargnano est envoyée à environ 1500 personnes dans le monde.
Bruno est tombé dans l’après-midi du 28 février, après avoir célébré sa dernière messe à 9h15 au couvent de San Tommaso à Gargnano. La chute a entraîné une fracture de l’humérus et de l’épaule droite, ainsi qu’un hématome cérébral. En plein de notre déménagement, sa famille de Valcamonica nous est venue en aide, prenant soin de Bruno jusqu’à ce que le nouveau siège du couvent San Gaetano à Brescia soit prêt. Bruno attendait donc l’opération chirurgicale à la maison de retraite Capriccio Azzurro à Boario où il est resté du 9 mars au 6 avril. Malheureusement, le 7 avril, il a été hospitalisé pour Covid à l’hôpital d’Esine où il est décédé le 13 avril d’un arrêt cardiaque. Dans le pavillon Covid où il se trouvait, personne ne pouvait lui rendre visite. Chaque jour, cependant, il recevait nos messages grâce à l’impression papier réalisée par son neveu Giordano et à la livraison ultérieure par sa nièce Rinella, infirmière à l’hôpital d’Esine. À l’infirmière, amie de Rinella, qui lui remettait régulièrement ces messages, il avait dit qu’il ne s’était jamais senti seul. Bruno n’avait pas encore été vacciné car lorsqu’il a été convoqué, il était aux urgences pour observation en raison de la chute. Nous avons voulu rappeler ces derniers événements pour apaiser vos questions et éviter des « fake news ». Le testament spirituel qu’il nous a laissé est une page de profonde sagesse et de haute spiritualité. Il ne s’est pas démenti. Bruno restera toujours avec nous, car l’Amour est plus fort que la mort.

Si vous voulez écrire un témoignage sur Bruno, merci de l’envoyer à pancierasilvana@gmail.com endéans la  mi-mai.  Nous rassemblerons les textes en un livret à sa mémoire.

by Petra Habenstein, COLORI https://www.facebook.com/petra.habenstein.5

Dans le monde chrétien, l’un des moyens d’honorer une personne décédée est de célébrer une messe en sa mémoire après 30 jours de la mort. C’est ce qu’on appelle le « rite du trentième« . Nous l’avons célébrée pour Bruno le samedi 22 mai à 18 heures, en nous retrouvant en grand nombre
dans l’église de San Pietro d’Agrino à Gargnano. Pour donner
l’opportunité même à ceux et celles qui ne pouvaient pas être là de pouvoir se rassembler un peu autour de Bruno, vous pouvez voir la cérémonie, à partir de la minute 9,
sur le site suivant: https://www.facebook.com/watch/live/?v=478625393472599&ref=search
Les célebrants sont : don Carlo, don Francesco, frères Enzo et Fiorenzo. À l’orgue: Bruno Marelli.
Vous trouverez égalemen l’ Homélie de fr. Fiorenzo et les très beaux textes en italien  (TESTIMONIANZE ) lus par ceux et celles qui voulaient personnellement dire à Bruno quelque chose de leur amitié avec lui. Uni(e)s par sa présence toujours vivante, nous vous saluons avec
la salutation franciscaie « Paix et Bien »  à laquelle Bruno toujours  ajoutait «à vous et à tous vos êtres chers».

Nouveaux  chemins  et  solides  fidélités

Couvent San Gaetano à Brescia : La maison des papas

Depuis mars 2021, le Père Fiorenzo et Roberto vivent au couvent San Gaetano à Brescia. Dans ce même lieu seront accueillis des pères séparés qui risquent la marginalisation à la suite d’une rupture conjugale. Ici, ils trouveront non seulement un toit, mais aussi différentes formes d’aide et une association de soutien. Fermement voulue par le Père Fiorenzo, cette nouvelle destination du Couvent est un signe de la présence du monde franciscain auprès des nouvelles pauvretés. Elle se configure comme une initiative importante pour la ville de Brescia où aucune structure n’était encore prête à accueillir des hommes en rupture familiale.

Pour agrandir cliquez sur l’article

Albergo-Palazzo Lodron Bertelli à Carderzone  Terme:  L’accueil des personnes  et  des grooupes avec projets

Notre départ de Gargnano a certainement eu pour beaucoup l’effet de la perte d’un endroit où « se ressourcer ». Bien que les mouvances de chaque âme ne s’expliquent pas de manière générale, certains  éléments reviennent : la beauté du paysage, le calme du lieu, la gentillesse de l’accueil, une atmosphère de spiritualité ouverte aux diverses recherches.
Ce style et cet esprit continuent dans l’Albergo Palazzo Lodron Bertelli, dont la gestion est dans les mains d’ Isabella et Stefano.  Pour nous, c’est comme un passage de témoin, car Isabelle et Stefano auraient aimé s’intégrer avec nous dans l’accueil du couvent San Tommaso et seulement des raisons indépendantes de notre commune volonté ont rendu ce passage impossible, bien qu’étudié dans les détails.

Pour vos séjours et vos activités, vous pouvez vous adresser à cette demeure historique en toute confiance. Elle est à même d’accueillir des groupes et des familles . Dans l’ accueil de Isa et Stefano (ci-dessous dans la photo), vous nous y retrouverez.

Albergo Palazzo Lodron Bertelli. Dimora Storica & Spa
Piazza Sant’Antonio 8, 38080 Caderzone Terme (TN)
Mobile +39 338 7711307    +39 335 8754925
info@palazzolodronbertelli.it     www.palazzolodronbertelli.it
www.facebook.com/AlbergoPalazzoLodronBertelli

Piero et  Silvana  en  Australie

Après la fermeture du couvent San Tommaso, Piero a décide de retourner définitivement en Australie où il avait auparavant vécu pendant 23 ans. Silvana est avec lui. Ensemble, ils vivent à Kenmore Hills (banlieue de Brisbane, dans l’état du Queensland) dans un village pour personnes âgées (Iona Village).
Tous deux poursuivront leurs  engagemetns et leurs études : Piero pour la non-violence et les études pour la paix et Silvana pour la connaissance et la réhabilitation des béguines.

Depuis son arrivée, Silvana a lancé le blog (en italien) Sen Ri Dō Fū – Nonostante la lontananza sentiamo lo stesso vento pour informer tous ses proches de leur insertion dans cet environnement particulier. Le lundi de chque semaine on y trouve un nouvel article.

Akiki Tamura écrit la calligraphie Sen Ri Dō Fū qu’elle donnera à Silvana avant son départ pour l’Australie